• 342 - Les vieux

     

    342 - Cheval

    342-01

     

    Je mange régulièrement au restaurant ouvrier. Les tables se touchent, on y parle fort et les clients se déplacent à leur guise pour aller se servir. En clair, ce n'est pas le meilleur endroit pour faire des confidences ou pour déclarer discrètement sa flamme à l'élu(e) de son cœur.
    Les règles sont connues et ne me dérangent absolument pas.

     

    342 - Cheval

    342-02

     

    Souvent aussi (je vais encore vous raconter ma vie), je fréquente les pizzerias parce que j'adore les pizzas. Il en est de bruyantes et de plus tranquilles, le tout est de prendre la température et de se laisser aller.

     

    342 - Cheval

    342-03

     

    Alors, lorsque, dans une pizzeria plutôt calme, des vieux installés sur une table voisine déballent leur quotidien avec un niveau sonore qui ne nous (ma femme participe) laisse pas le choix... nous entendons...
    Les nouvelles des enfants, des petits-enfants... Ah, les petits-enfants, tous plus remarquables et plus dégourdis, un vrai concours... L'un prétend que son petit-fils a fait ci, et l'autre que sa petite-fille...

    Mais on s'en tape, et même on s'en fout et on s'en contre-fout de leurs petits-enfants. On sait depuis longtemps que chacun a les plus beaux rejetons du monde et Jean de La Fontaine l'a habilement illustré avec sa fable L'aigle et le hibou.

     

    342 - Cheval

    342-04

     

    Autre poncif, toujours à la même table : avant la Sécu remboursait mieux.

    Avant quoi ?

    Avant qu'une médecine de plus en plus sophistiquée mais de plus en plus chère ne leur permette d'être en pleine forme et de faire le tour du monde à un âge où leurs parents ne faisaient plus que le tour de leur jardin !
    Avant que l'on ne réalise à quel point les abus sont devenus la norme (comme moi, vous connaissez les cures "qui me font beaucoup de bien", les déplacements en ambulance plutôt qu'en taxi, les refus de prendre des médicaments génériques, les arrêts-maladies opportuns...) et assurent un déficit permanent !

    Ils ont sans doute oublié qu'avant de devenir un droit jugé trop coûteux, le simple fait d'être soigné correctement était presque un luxe, apprécié à sa juste valeur et à son juste prix !

     

    342 - Cheval

    342-05

     

    Un peu plus tard et toujours à cette même table, avec des convives décidément très en verve ce soir-là, il est question d'aéroports ! Les Baléares, La Réunion, Miami... C'est à celui ou celle qui a vu le plus moderne, le plus grand, le plus, le plus, le plus. L'un croyant avoir décroché la palme avec je ne sais plus quelle super aérogare se fait coiffer au poteau par son voisin qui a vu la même plus récemment et après travaux !!!

     

    342 - Cheval

    342-06

     

    Après avoir profité d'une paix gagnée par leurs parents, d'une croissance démentielle bâtie sur une destruction toujours plus forte du capital nature, après avoir mis en place un système politico-économique auto-destructeur (il ne marche qu'avec une démographie positive et des besoins individuels démesurés), ces égoïstes veulent en profiter jusqu'au bout, et pour ce faire ils sont prêts à laisser une facture sans précédent dans l'histoire de la terre à leurs enfants et petits-enfants !

    Mais ils se plaignent des remboursements de la Sécu !!!

     

    342 - Cheval

    342-07

     

     

    « 341 - Les jeux du cirque343 - Le culblanc »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :