• 380 - Cohérence

    Je n'aime pas la mauvaise foi.

    Les Français sont proches de la nature et sensibles à l'environnement, les sondages le montrent. Jusqu'au moment où il faut prendre l'avion (toujours pour de bonnes raisons) ou faire le plein. D'où ce mouvement de grogne face à une augmentation jugée scandaleuse du prix des carburants.

    Je suis de ceux qui trouvent que les énergies fossiles ne sont pas assez coûteuses. Et c'est bien cette énergie abondante et bon marché qui permet le gaspillage sous toutes les formes (déplacements motorisés à chaque instant, développement constant du tourisme ou éclairage de rues désertes jusqu'à une heure avancée, entre autres). Un carburant "hors de prix" aurait depuis longtemps généré des changements d'habitudes chez les automobilistes, et chez les constructeurs qui continuent à nous proposer des modèles "suréquipés" plutôt que des engins particulièrement sobres !


    Les chasseurs sont soucieux de la sécurité à la chasse. Leurs représentants souhaitent le port du gilet fluorescent pour la pratique des sports en nature et un député LREM propose l'interdiction du VTT le dimanche. L'auteur de ce twit provocateur explique qu'il voulait montrer qu'il est idiot de vouloir fermer la chasse le dimanche...

    Faut-il peindre les espèces protégées, les arbres et les maisons en rouge ? Et arrêter la circulation sur les routes départementales pour mettre les usagers à l'abri des plombs ? Regardons les choses en face et admettons qu'au-delà d'un certain âge et d'un certain taux d'alcool dans le sang il est préférable de ne prendre ni fusil ni voiture. Et que malgré toutes les précautions prises, tant qu'il y aura des voitures et des fusils conventionnels, il y aura des accidents. En attendant les voitures sans volant et des fusils sans "gâchette" !


    Un représentant de la FNSEA nous assure que les éleveurs sont aujourd'hui attentifs au bien-être animal. Ce même syndicat défend les employés de l'abattoir de l'Indre où a été tournée une vidéo choquante.

    J'habite la campagne et je vois les "attentifs au bien-être animal". Je suis obligé de mettre des guillemets, mais si vous habitez la ville et que vous ne connaissez "nos" paysans qu'au travers des spots télévisés vantant une agriculture durable et respectueuse, vous ne pouvez pas comprendre. Continuez à aller au Salon de l'agriculture voir des vaches shampouinées si vous le souhaitez, mais sachez que l'agriculture moderne se préoccupe avant tout de son image et du profit qu'elle peut en tirer.

    De tout temps il y a eu des éleveurs sérieux et soucieux de leurs bêtes et des abrutis possédant des animaux de boucherie, des gérants d'abattoirs plus ou moins responsables, des politiques et des syndicalistes... mais ce sont toujours les hommes qui font la qualité du service. L'argent, la pression mise par les consommateurs qui trouvent tout trop cher et l'industrialisation (que la FNSEA ne critique pas) sont autant de facteurs qui mettent le circuit en tension. Les animaux trinquent bien sûr, mais les gens aussi. Et des éleveurs deviennent des abrutis, des employés d'abattoir des bourreaux.
    À l'automne 2015, face au scandale de l'abattoir d'Alès, Stéphane Le Foll, Ministre de l'agriculture, promet qu'il fera respecter le bien-être animal. D'autres vidéos et d'autres ministres suivent... mais l'argent, les lobbies... et en 2018, les faits sont toujours là.


    La mauvaise foi ou l'ignorance des uns et des autres aboutit à un système incohérent. Si vous estimez qu'il est temps de faire quelque chose pour limiter le dérèglement climatique, repensez vos déplacements et votre consommation de carburant. Si vous êtes chasseur, regardez sur quoi vous tirez. Et si les vidéos de L214 vous choquent, mangez moins de viande, c'est bon pour la planète, mais exigez qu'elle soit de qualité, c'est bon pour les animaux, et payez la à son juste prix, c'est bon pour l'éleveur.

     

    Sans transition, un article sur les Barges.

     

    Deux espèces de Barges fréquentent l'Europe.

    La Barge rousse niche au-delà du Cercle polaire arctique et les populations de Scandinavie et de Russie de l'ouest hivernent le long des côtes de l'Europe. Quelques milliers d'individus viennent jusqu'en France, parfois simplement de passage car certains oiseaux vont jusqu'au sud de l'Afrique. Les retours se font au printemps par les mêmes chemins, toujours en bord de mer.

    La Barge à queue noire niche en très petit nombre en France. Deux sous-espèces transitent ou hivernent chez nous (voir ici), sur les côtes mais aussi à l'intérieur des terres.

    Il est donc possible de voir ces deux espèces, pratiquement toute l'année, notamment sur le littoral de la Manche. D'où l'intérêt de savoir les distinguer en tous plumages. Dans cet article il ne sera question que des différences valables en tous temps pour différencier les deux espèces.

     

    380 - Huîtriers pie et Barge rousse

    380-01 : les Barges comptent parmi les grands limicoles et seuls les Courlis cendrés et les Huîtriers pie les dépassent en taille. Ce critère est important pour les distinguer de tous les autres limicoles. Les Pluviers, à peine plus petits, ont un bec très court. Celle-ci est une Barge rousse. La Barge à queue noire est de taille équivalente.

     

    380 - Barge à queue noire et Chevalier gambette

    380-02 : les Chevaliers ont eux aussi de grandes pattes et de longs becs, mais même les plus grands, comme ce Chevalier gambette (à droite), paraissent bien frêles à côté d'une Barge à queue noire (à gauche).

     

    380 - Barge à queue noire et Chevalier gambette

    380-03 : nos deux espèces de Barges ont de longues pattes et un long bec droit (ou très légèrement incurvé vers le haut). C'est ce bec qui permet une distinction rapide par rapport aux Courlis. Une Barge à queue noire et un Chevalier gambette.

     

    380 - Barge rousse

    380-04 : comme les Courlis, les Barges rousses ont le croupion pâle et le reste des parties supérieures brun-gris. La confusion avec le Courlis corlieu, de même taille que les Barges, est fréquente. (À droite, un Tournepierre à collier).

     

    380 - Barge à queue noire

    380-05 : la Barge à queue noire est très facile à reconnaître en vol car vous ne retrouverez ce type de dessin que chez l'Huîtrier pie, bien différent par ailleurs. Et ce motif est constant, quels que soient l'âge et le sexe de l'oiseau ou la saison.

     

    380 - Barge rousse

    380-06 : contrairement à ce que vous pouvez observer chez la Barge à queue noire, les doigts de la Barge rousse dépassent à peine sa queue en vol.

     

    380 - Barge à queue noire

    380-07 : le dos de teinte uniforme ne se voit jamais chez la Barge rousse. Il s'agit donc d'une Barge à queue noire et le bord blanc de l'aile, rarement visible, le confirme.

     

    380 - Barge à queue noire

    380-08 : les plumages de juvéniles ou de transition sont plus troublants. Le dos est marqué, taché, mais jamais strié comme chez la Barge rousse ou les Courlis. Barges à queue noire. Chez les deux espèces la couleur du bec varie du rose au orange (adultes en période nuptiale).

     

    380 - Barge rousse

    380-09 : deux Barges rousses, l'une en plumage nuptial et l'autre en plumage d'éclipse. Leurs dos sont bien plus striés que ceux des Barges à queue noire de la photo précédente. En plumage nuptial, la teinte rousse ne vient jamais jusqu'au ventre chez la Barge à queue noire.

     

    380 - Barge rousse

    380-10 : théoriquement un très long bec et de très grandes pattes sont caractéristiques d'une Barge à queue noire, mais le dos rayé "façon courlis" de cet oiseau ne peut être que celui d'une Barge rousse (ou d'un Courlis !). Comme chez les Courlis, les longueurs de pattes et de becs varient beaucoup selon les populations et le sexe des oiseaux et il faut s'en méfier.

     

    380 - Barge à queue noire

    380-11 : le dos est à peine taché et nullement strié. Barge à queue noire sans hésiter.

     

    380 - Barge rousse et Bécasseau variable

    380-12 : une Barge rousse (dos très strié) en compagnie de Bécasseaux variables.

     

    380 - Barge rousse et Pluvier argenté

    380-13 : Barge rousse (les autres photos du même oiseau me permettent d'affirmer qu'il ne s'agit pas d'un Courlis corlieu !) et Pluviers argentés.

     

    « 379 - On y voit plus clair

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :